Saturday 31 July à 19h30

Peking Opera Blues

de Tsui Hark, 1986, 104'

1913, en pleine révolution démocratique chinoise. Le Général Tsao revient à Pékin accompagné de sa fille Tsao Wan (Brigitte Lin), fraîchement rentrée de ses études à l´étranger. Celle-ci se mêle à un groupe révolutionnaire pour contrer les plans de son père. Au cours de sa mission, elle recevra l´aide inattendue d'une aspirante comédienne (Sally Yeh) et d'une voleuse (Cherie Chung) , toutes deux également aux prises avec une hiérarchie masculine… Chassés-croisés de trois femmes dans le Pékin du début du siècle, où des révolutionnaires s'opposent à un pouvoir corrompu par des généraux cupides.

« Tsui traite l'opéra comme un carrefour de destins politiques et personnels. (...) Ce que les séries de la République étaient pour George Lucas, l'opéra chinois l'était de toute évidence pour Tsui Hark. (...) À la fin de Peking Opera Blues, la politique et le théâtre ont fusionné. Les conspirateurs se retrouvent tous sur scène déguisés en acteurs, essayant de tromper le commandant. Ils jouent une scène des "Huit Immortels traversent la mer", ce qui permet à Tsui de lier leurs luttes politiques à la mythologie populaire. »
(David Bordwell dans « Planet Hong Kong - popular cinema end the art of entertainment »)

« Brigitte Lin, comme souvent employée dans un rôle androgyne, reste constamment duale, drôle et triste, courageuse et peureuse. C’est elle qui permet à Peking Opera Blues d’atteindre un tel sommet cinématographique - notamment dans le final inoubliable du film, fabuleux gunfight "latéral" sur les toits de la ville de Pékin - en mêlant si bien sujet "grave" et comédie cantonaise exubérante. Incroyablement riche, lourd de sens en dépit d’une approche volontairement outrancière, Peking Opera Blues est à la fois une comédie, un drame historique, un film d’action, une tragédie... et parvient à constituer un ensemble remarquablement cohérent. On s’en réfèrera à l’équipe présentée en tête d’article pour expliquer une telle réussite, véritable trésor du cinéma HK des années 80, et des derniers moments de la Cinema City Film Productions. La fin de toute une époque... »
(Akatomy pour « Sancho does Asia »)


Infos pratiques

🕘 Ouverture des portes de La clef revival 🔑 à 19h30
Lancement de la séance à 20h00
34, rue Daubenton – Paris 5e
💰 Prix libre